Après dix-huit ans d’existence, AqME reste encore et toujours le plus fédérateur des groupes de metal alternatif made in France. Il n’y a qu’à voir le succès de la tournée anniversaire de “Sombres efforts” pour s’en convaincre, ou encore l’accueil démentiel qui leur a été réservé lors de la dernière édition du festival Download. Preuve que l’histoire d’amour entre AqME et son public est restée intacte, malgré les années et les changements de line-up. C’est dans cet état d’esprit, conquérant et sûr de lui, que le quatuor francilien s’est attaqué à la création de ce huitième album studio, enregistré à Paris et produit cette fois encore par Étienne Sarthou, batteur du groupe. Trois ans après avoir dévisagé dieu, l’entité a aujourd’hui fait le choix de l’introspection, comme le suggère cette pochette sans équivoque. Pour la première fois de leur carrière, les quatre membres apparaissent physiquement sur la cover d’un album. Une mise en abime pour mieux se comprendre, mais aussi pour enfoncer le clou et affirmer s’il en était encore besoin qu’en 2017, AqME n’est personne d’autre que Vincent Peignart-Mancini, Charlotte Poiget, Julien Hekking et Étienne Sarthou. Au diable les nostalgiques !

VENDREDI 9 NOVEMBRE 21H