CLEARY, compose une pop ludique et barrée : une toy folk électronique baroque, dont le sens mélodique évoque Bon Iver et la douce folie Animal Collective et Tokumaru Shugo.
Il maitrise a la perfection les bips sonores de sa manette de jeu video et sucre sa sauvagerie lap-pop avec une voix de crooner folk.

 

Repérés lors des présélections du Printemps de Bourges en région Midi-Pyrénées, Le Common Diamond est t le prochain bijou pop à suivre.

Accompagné par le même éditeur que les Toulousains Cats On Trees et Noir Cœur, le songwriting pop et délicat de ces deux aficionados des synthés analogiques (Floran Remy et Thomas Juvé) “s’identifie” à merveille à celui de ses aînés anglophones (Beach House ou Tame Impala) sans pour autant faire du copier-coller.

Par son souffle chaud et précieux, Le Common Diamond invite au voyage, dépayse et étincelle de mille et une pépites électroniques.

Un discret mélange d’influences de MGMT à David Bowie en passant par Thom Yorke, LCD SoundSystem, Peter Bjorn & John ou encore Air, mêlé à un sacré bordel dans leur tête, fait de beautés féminines, de sentitments non maîtrisés, de frustration, de rêves d’idéaux et d’envies de voyages, de rencontres et de découvertes.